keyboard_arrow_up

Ema Vernoux, "mes modèles restent ma famille"

31.03.2020
L'actuelle meilleure buteuse du championnat de France élite féminin, Ema Vernoux, est elle aussi contrainte de rester chez elle en cette période de confinement. Visiblement, comme elle nous l'explique dans cette interview, elle optimise parfaitement son temps entre les études et la préparation physique.

Comment vas-tu en cette période de confinement ?

Le plus compliqué pour moi est le changement brutal de rythme mais dans l’ensemble je m’y suis faite et je vais bien .

Comment occupes-tu tes journées ? Est-ce que tu continues à t’entretenir physiquement ?

Je suis en seconde et je travaille 4 à 5 heures par jour pour mes cours. Je fais plusieurs séances de renforcement musculaire envoyées par la FFN et le Cercle des Nageurs de Marseille dans la journée pour me maintenir en forme ainsi que des exercices personnels de manipulation de balle.

Parlons un peu de toi, le Water-polo et la famille Vernoux est une longue histoire d’amour qui suit plusieurs générations. Est-ce que tu te voyais faire un autre sport de le Water-polo ?

Mes parents m’ont appris très tôt à nager puis j’ai fait l’école de natation au Cercle des Nageurs de Marseille. A cinq ans ils m’ont inscrit dans plusieurs clubs danse, judo, tennis. Mais à sept ans j’ai tout arrêté pour me tourner vers le Water-Polo, sport qui m’attirait car mon père était joueur et entraînait les petits poloistes  de l’autre côté du bassin pendant les cours de natations.

Quels sont tes modèles (et pourquoi ?) dans le milieu ?

Mes modèles restent ma famille. Depuis toute petite, je regardais les matchs de mon père dans les gradins. C’est lui qui m’a tout appris au départ et m’a donné l’envie de réussir et mes cousins ont pris la relève.

La niçoise, malgré ses 16 ans, fait déjà partie des cadres de l'ONN (Crédits Photo : Nice Water-Polo)

As-tu des objectifs précis en tête ?

Mes objectifs, devenir une des meilleurs joueuses et participer à plusieurs reprises aux Jeux Olympiques pour représenter la France.

En tant normal, comment s’organise la vie d’une adolescente qui pratique un sport de haut-niveau ? 

Mes journées sont bien remplies. La semaine je vais au lycée de 8h à 16h, puis je vais au CNM faire mes devoirs et j’enchaîne avec l’entraînement avec les Garçons U21 (ou l’équipe élite de temps en temps) .

En période de championnat, tous les vendredis après-midi je pars à Nice pour m’entraîner avec mes coéquipières de l’ONN et faire ensuite, le week-end, les matchs et déplacements de l’Elite .

A seulement 16 ans, tu es actuellement meilleure buteuse du championnat et l’une des grandes espoirs du Water-polo français. Te voyais-tu à cette place il y a quelques années ? Est-ce une pression pour toi ?

Je n’aurais jamais imaginé me retrouver à cette place, c’est une fierté. Mais je travaille dur et espère devenir encore meilleure.

Sur quel point faible aimerais-tu progresser ? 

Depuis la rentrée de septembre , je me suis concentrée sur le travail de l’endurance pour être plus performante lors des matchs internationaux.


 

"participer à plusieurs reprises aux Jeux Olympiques pour représenter la France" (Crédits Photo : Nice Water-Polo)

France Water-Polo


A lire aussi

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de partage via les boutons de réseaux sociaux.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies