keyboard_arrow_up

Douai tourné vers l’avenir

14.02.2020
Neuvième, le club de Douai sait qu’il a une marge de progression importante sur les prochaines années. Il sait aussi qu’il peut compter sur la jeunesse de son équipe capable de très bonnes choses comme de moins bonnes, mais ne dit-on pas que le travail finit toujours par payer ?

Une victoire à domicile contre Sète, une autre de prestige à Montpellier, des défaites au goût amer de 2-3 buts contre des équipes du haut de tableau (Tourcoing, Noisy), les douaisiens sont installés à une neuvième place au classement qui ne peut les satisfaire, à l’image de leur entraîneur Yann Clay: « Les équipes devant nous ont mérité de l'être. Personne n'a volé les points qu'il a obtenu. On ne peut pas être satisfaits, on doit s'améliorer et travailler plus pour combler l'écart qui nous sépare des autres ».

Comme tout entraîneur d’équipe, Yann Clay reste optimiste et vise plus haut : « les garçons se donnent les moyens au quotidien, je suis confiant et serein. On a une deuxième partie de saison pour montrer qu'on progresse et que cette équipe a de l'avenir à moyen terme. On rêve toujours de mieux, on va travailler pour obtenir un maximum de victoire sur la phase retour. On verra notre situation mathématique fin avril ». A contrario Douai est capable aussi de craquer sur certains matchs mais les nordistes font avec les moyens du bord, devant composer aussi avec un des plus petits budget du championnat. Le coach nordiste est lui réaliste: « On a de la qualité, un effectif jeune et motivé. Les autres sont plus matures , plus expérimentés, plus riches financièrement », ce qui explique en partie cet écart à combler, mais Yann Claix ne veut pas se cacher derrière ces excuses et croit en l’avenir: « Il manque toujours quelque chose dans la vie de coach, c'est l'insatisfaction et la remise en question permanente. On doit travailler avec nos armes et optimiser l'équipe avec nos joueurs ».

Samedi, un derby du nord attend les joueurs de Douai, le meilleur moyen de montrer qu’ils sont capables de beaucoup mieux, même si pour le coach douaisien, « les deux matchs importants sont Nice et Reims à la maison avant la trêve ».

Philipe Fretault

A lire aussi

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de partage via les boutons de réseaux sociaux.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies