keyboard_arrow_up

Jonathan Moriame "c'est votre sport ne l'oubliez pas"

11.05.2020
Jonathan Moriame, entraineur de Noisy-le-Sec, a lui aussi vu la saison se terminer prématurément. Malgré la quatrième place du CN Noisy-le-Sec et une qualification pour la coupe d’Europe la saison prochaine, il aurait préféré que le championnat aille à son terme.

Comment vas tu ? Et comment s’est passé le confinement de ton côté ?

C’est long et je m’embête. Au delà de l’entraînement, c’est tout mon quotidien qui me manque énormément. La vie qu’on avait pu se créer autour du water-polo, le contact avec les joueurs, les bénévoles, les gamins... Et bien sûr l’aspect compétition de chaque week-end, tout ça me manque. Ce qui me frustre le plus, c’est la période à laquelle est arrivée cette catastrophe sanitaire. Il n’y a jamais de bonne ou mauvaise période mais avril, mai, juin sur Paris c’est extraordinaire, les bords de Seine, les terrasses des cafés...

Et pour les amoureux de sport, Roland Garros et l’ambiance qu’il peut y avoir, tout le monde sait que les meilleures équipes de sports collectifs sont dans la région parisienne que ça soit au football, au rugby, au handball ou encore au basket. Elles jouent très souvent les premiers rôles et cette période correspond à la dernière ligne droite. Je pense aussi aux joueurs et leur famille, le parc Astérix, Disneyland, pour eux aussi c’est vraiment dommage.

Ce confinement a précipité la fin de saison, quel est ton ressenti sur le sujet ?

Encore une fois c’est dommage.

Au final nous réalisons notre meilleur classement de l’histoire du club mais tout ça est faussé et me laisse un goût d’inachevé. On aurait pu finir moins bien classé ou peut-être à une meilleure place, mais la vérité est qu’on ne saura jamais ce qu’on valait réellement, et ça en étant compétiteur ça m’embête sincèrement, je ne peux trouver une satisfaction dans ce résultat. Maintenant il est évident que l’aspect sanitaire était prioritaire et au regard des chiffres et du malheur que ça a pu occasionner à de nombreuses familles, je pense que d’une part ça a été la bonne décision et deuxièmement mes états d’âme beaucoup de monde s’en moque et ils ont bien raison.

Au niveau du club, y a-t-il un danger économique à prévoir ?

Forcément, là je vais parler de ce que je maîtrise, nous avons progressé dans tous les domaines de structuration du club.

L’une de mes missions en tant que directeur technique du club a été de dynamiser les activités annexes de notre discipline phare, le water polo, avec la création d’une école de natation mais également le développement de l’aquaforme. En l’espace de 4 ans on est passé de 350 adhérents à 950 licenciés.

Cela représente donc une partie importante de notre budget. Avec un bon tiers de la saison en moins il est évident que nous devons réfléchir à fidéliser nos adhérents et leur proposer quelque chose de cohérent pour qu’ils reviennent avec le même engouement. Cet effort va donc impacter notre budget de la saison prochaine. Fort heureusement, côté partenaires, nous avons réussi à boucler la saison qui arrive, ce qui nous permet d’être plus sereins sur la reprise. Mais ce qui m’embête le plus c’est la crainte de perdre la dynamique de club que nous avions pu construire surtout avec les bénévoles. Quid également des gamins, ils s’entraînaient bien, ils étaient assidus et motivés, comment allons nous les retrouver ? C’est malheureux mais les nouvelles générations « switchent » extrêmement vite. En septembre ils peuvent se dire la console de jeu c’est bien aussi.

le CNN pourra continuer à compter sur ses partenaires (Crédits Photo : CNN)

Côté terrain, qu’as tu pensé tout de même de la « saison » de ton équipe ?

Des hauts et des bas. Ça a été les montagnes russes. Je pense que c’est le résultat d’un manque de stabilité de l’effectif. Si cette équipe arrivait à avoir un peu plus de vécu, nous aurions pu installer notre jeu et les connexions entre chaque joueurs auraient été de grande qualité. Cela étant il ne faut pas se chercher d’excuses, Aix en Provence a vécu beaucoup de mouvement l’été dernier, avec le résultat que l’on connaît, bravo à eux.

Quel match référence retiendras-tu ?

Noisy Le Sec qui tape Posilippo, peu importe le niveau de Posilippo, moi ça m’a fait sourire. La victoire à Strasbourg, le mois de décembre aussi avec les victoires sur Nice et Montpellier, on jouait bien pendant cette période surtout en défense.

Après, les lourdes défaites contre Aix et Marseille, et surtout les deux désillusions à Reims et contre Tourcoing nous ont fait du mal. Les montagnes russes!

Sur le papier, Noisy-le-Sec avait un des effectifs les plus complets du championnat. On ne le saura jamais mais y avait-il la place de faire quelque chose de mieux que cette 4ème place finalement ?

Je pense que oui. Après, encore une fois, le manque de vécu des mecs nous aurait fait défaut mais je me dis qu’avec l’expérience et la qualité de ces joueurs, dans le money time, on aurait répondu présent.

Les nouvelles recrues, Mathieu Peisson et Emil Hansen, venues aider lors d'un tournoi de jeunes (Crédits Photo : CNN)

Est ce que les dirigeants du club se projettent déjà sur la saison prochaine ?

Il le faut bien, mais à Noisy nous avons la chance d’avoir des dirigeants très professionnels qui viennent du monde de l’entrepreneuriat, ils nous demandent d’être patients et vigilants, mais tout en restant confiants. Cette période a permis aussi de mettre à plat les choses, savoir ce qu’il est possible de faire et ce qui n’est pas possible. J’ai le sentiment qu’on progressera encore l’année prochaine malgré la situation actuelle. Tout ça, le club le doit aux dirigeants qui ont continué à bosser sur le club pendant cette période, j’ai pu le constater.

Doit-on s’attendre à beaucoup de changements dans l’équipe ?

Avec la politique fédérale mise en place pour les saisons à venir, notamment sur un quota de joueurs français à respecter, il est bien évident que nous allons changer l’effectif. Cela m’embête car le manque de stabilité qui nous a fait défaut risque de se ressentir encore la saison prochaine, mais c’est le moment de passer une étape dans notre développement. Car à l’aube des JO de Paris 2024, il est important pour nous, club francilien, d’être représenté lors de cet événement planétaire. On essaiera de faire des efforts pour accueillir des internationaux français susceptibles de faire partie de l’aventure. J’espère qu ils nous aideront à grandir avec eux et que nous les accompagnerons le mieux possible pour qu’ils puissent vivre ce moment incroyable. En tout les cas, avec les nouveaux bassins qui arriveront sur le 93 avec l’olympiade à venir, tout va sans doute être plus facile et le Cercle 93 se devra d’être ambitieux et présent dans la vie de ces nouveaux équipements. Enfin il faudra surtout continuer à développer notre formation, car le plus important c’est l’héritage que cette compétition doit nous laisser. Il faudra être prêt, car 2024 ça va venir très vite.

Pour conclure, un petit mot pour les passionnés de water-polo ?

Je suis persuadé que le water-polo français réussira à passer avec brio cette épreuve, de part la qualité et l’abnégation des forces vives qui le composent.

Maintenant j’en appelle aux enfants et surtout aux parents, c’est votre sport, votre passion, ne l’oubliez pas.

France Water-Polo


A lire aussi

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de partage via les boutons de réseaux sociaux.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies