keyboard_arrow_up

Alexandre Camarasa "je croyais en nos chances pour les JO"

06.05.2020
L'emblématique joueur de Marseille et de l'équipe de France, Alexandre Camarasa, espérait tant récupérer ce titre de Champion de France, mais la crise sanitaire en a décidé autrement.

Comment se passe le confinement de ton côté ?

Je viens de reprendre mon travail que j’effectuais à mi-temps auprès du groupe Parlym. Le matin je pars travailler et l’après-midi je garde ma petite fille. J’en profite également pour faire mon sport.

Le confinement commence à être long pour tout le monde, comment occupes-tu tes journées ?

Le confinement commençait évidemment à être long. Comme je disais, je me suis remis au travail depuis cette semaine. Sinon avant la reprise, ce confinement était surtout organisé au rythme du bébé. Levé très tôt et puis je passais la journée à m’occuper de cette petite princesse. On profitait de l’heure de promenade pour se balader dans le quartier. Je suivais également le programme du préparateur physique de Marseille, Pierre-Antoine Raffaelli, pour essayer de garder la forme. Au programme, de la musculation avec des packs d’eau, du gainage. N’ayant pas de jardin la séance se faisait en plein milieu du salon à côté de la table basse pendant que le bébé essayait de me grimper dessus, c’était assez rigolo (rire).

Parlons un peu water-polo, quelle a été ta réaction à l’annonce de l’arrêt du championnat ?

Je n’ai pas été du tout surpris, il était normal d’arrêter le championnat. Surtout quand on voit la situation de crise que nous traversons. Il y a des décès chaque jour, regarder le décompte à la télé est quelque chose d’horrible. C’est une situation désastreuse, donc l’importance est la santé de tout le monde et pas le water-polo. La priorité est avant toute chose la santé. Cette année, on sentait que le titre était pour nous et qu’il ne pouvait pas nous échapper. On a une très belle équipe avec une bonne alchimie. Bien sûr qu’il y a une petite déception de ne pas ramener le titre à la maison mais ce n’est que partie remise. Et encore une fois l’important est ailleurs, c’est que tout le monde retrouve une vie normale avec la santé et que les dégâts causés par ce virus s’estompent au fur et à mesure car c’est vraiment une calamité que l’on traverse dans le monde. L’importance c’est que tout le monde avance.

"Cette année, on sentait que le titre était pour nous et qu’il ne pouvait pas nous échapper" (Crédits Photo : CN Marseille)

Et du même coup le tournoi qualificatif pour les Jeux a été reporté. Une bonne nouvelle pour l’équipe de France ?

Non parce qu’on sortait d’un bon match contre les hongrois, avec une belle victoire contre une belle équipe. La dynamique était là même si il nous manquait peut-être des stages pour peaufiner les moindres détails en espérant que l’année prochaine on pourra en profiter. Mais je croyais vraiment en nos chances pour cette année.

Rêves-tu de disputer d’autres jeux ?

C’est une question qui ne se pose même pas. C’est comme si je te demandais si tu rêvais de gagner à l’euro million. Les JO c’est la plus belle compétition au monde, c’est un évènement incroyable, exceptionnel et chaque personne qui y a participé te dira la même chose. C’est indescriptible, donc oui je rêve d’y participer et d’y retourner, c’est les Jeux quoi.

Après avoir battu la Hongrie en World League, les Bleus croyaient plus que jamais en leurs chances pour les JO (Crédits Photo : LEN)

Qu’as-tu pensé de votre saison, en championnat et en coupe d’Europe ?

En championnat, ça a été une très belle saison à part le faux pas à Aix qui une nouvelle fois nous fait déjouer à domicile alors qu’on était sur un sans-faute. J’étais persuadé qu’à la fin du championnat on serait champions, avec le groupe qu’on a c’était une obligation de ramener ce titre, au regard de l’effectif c’était une formalité. Après on sait tous qu’un titre ne se gagne pas comme ça et que ce ne sont pas juste des noms qui font gagner des titres mais une équipe, mais on sentait que c’était notre année. Sur un plan personnel, aller chercher ce titre l’année prochaine me tient fortement à cœur, puisque que je viens de perdre un être cher en la personne de mon oncle José, quelqu’un qui a fait tant pour moi et qui comptait beaucoup. Je me dois d’aller absolument chercher ce titre pour lui, cela serait le meilleur hommage que je pourrai lui rendre. Aujourd’hui c’est un gros coup dur pour moi...mes pensées vont vers lui.

Concernant la coupe d’Europe, je me suis régalé et pris beaucoup de plaisir à jouer contre ces grosses équipes. C’est pour ça qu’on s’entraine, afin de jouer des tops joueurs, montrer qu’à Marseille on existe et qu’on est aussi une place forte du water-polo.

L’arrivée de Prlainovic au Cercle la saison prochaine est un gros coup pour le championnat français. Un moyen aussi pour Marseille d’affirmer ses ambitions ?

C’est exceptionnel, je suis très heureux que ce joueur fantastique arrive au Cercle des Nageurs de Marseille. C’est un signal fort envoyé au monde du water-polo. un signal extrêmement positif qui signifie que le monde du water-polo doit compter encore plus sur Marseille la saison prochaine. Parce que si tu ne changes pas l’équipe et que tu rajoutes Prlainovic, tu te dis que c’est quand même très lourd. Je suis vraiment très content de l’arrivée de ce joueur car au-delà d’être un très grand joueur de water-polo c’est un grand homme. A chaque fois que l’on s’est croisé au bord des bassins, il a toujours été au top, à discuter et être dans le partage et c’est quelque chose que j’apprécie. Le mec ne se prend pas la tête alors qu’il a tout gagné. Donc vraiment heureux de jouer avec lui la saison prochaine et d’aller gagner des titres, parce que l’ambition avec un joueur comme ça est de tout aller gagner.

Peut-on imaginer voir d’autres joueurs de cette envergure rejoindre le championnat ?

Et bien c’est tout le mal que je souhaite au championnat français, que des grosses pointures nous rejoignent. Le niveau est déjà élevé et il augmente chaque année. C’est de plus en plus dur de gagner le titre. Avant ça se jouait entre deux ou trois équipes et le reste était plutôt faible. Aujourd’hui il faut jouer tous les matchs à fond et tu vois que le moindre relâchement peut être fatal. J’espère donc que d’autres joueurs de cette envergure vont rejoindre le championnat et que le championnat français devienne une place forte du water-polo. On peut espérer qu’avec ce type de joueur il puisse se créer une émulation et que cela fasse grandir tout le monde. Au contact de ces grands joueurs, il faut espérer que les jeunes prennent de l’expérience et qu’à leur tour ils participent aux JO et aillent gagner des médailles avec l’équipe de France. J’aimerais que les nouvelles générations en profitent.

Pour finir as-tu un message à passer aux passionnés de water-polo ?

J’espère que vous avez la santé, c’est le plus important en ce moment. J’ai hâte de les retrouver, de pouvoir retourner jouer dans toutes les piscines de France devant des publics en folie, en délire comme j’adore. J’ai hâte que le sport reprenne sa place, que la joie de chacun revienne parce que là c’est triste, nous sommes dans une période un peu compliquée. J’ai envie que tout redevienne comme avant et qu’on puisse faire la fête sans la crainte du lendemain. J’ai envie de vous dire à l’année prochaine pour de nouvelles aventures qui seront je l’espère et j’en suis sûr fantastiques. Prenez soin de vous et de vos proches.

France Water-Polo


A lire aussi

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de partage via les boutons de réseaux sociaux.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies